Retour en France du Frère Ernest

 

Le Frère Ernest a quitté définitivement Haïti, aujourd'hui 10 mars 2014, à destination de la France pour raison de santé.

Il était arrivé à Port-au-Prince, à l'âge de 19 ans, en 1948. Il a passé 66 années au service des jeunes d'Haïti. Dans la discrétion et la simplicité, il a éduqué des générations de jeunes Haïtiens.

Tous les sportifs se souviendront des heures infinies qu'il a passées à leurs côtés et les chercheurs de la Bibliothèque Haïtienne se rappelleront son service méticuleux et attentionné.

 

Quelques réactions spontanées, recueillies sur facebook.

 

Jean Marie Theodat : Merci Tiko. Gratitudes infinies ! Pour le sport, pour les livres !

 

Ralph Blanchard : Frère Ernest, vous avez choisi de faire de moi, par l'inspiration de Dieu, ce que je suis aujourhui : un homme qui n'a pas peur d'affronter les plus grandes adversités de la vie, en inculquant dans ma conscience le courage de sourire, de penser et d'agir en vainqueur, dans la pratique du Volley Ball... Vous nous avez donné votre vie. Que Dieu vous garde dans toute sa grâce... Retournez chez vous en paix, pour un repos bien mérité. On ne vous oubliera jamais ! Merci beaucoup, Tico !

 

Tirich Vieux : Si je peux parler orgueilleusement de Voltaire et Rousseau, de La Bruyère, de Frédéric Marcelin, Fernand Hibbert et autres, ce n'est que le travail du Frère Ernest. Que dire de son appréciation de mes passes aveugles par derrière, en volley-ball ? Les Saint-Louisiens se souviendront longtemps de notre cher "Tico". Puisse Dieu renforcer sa santé et puisse-t-il vivre paisiblement et fièrement sa retraite avec les souvenirs de toutes ses réalisations qui ont eu pour résultat tant de grands hommes et femmes !

 

Ronald Eveillard : Merci Frère Ernest. Vous ne m'avez pas seulement enseigné l'anglais mais aussi : la simplicité, la discrétion, l'engagement efficace. 66 ans, c'est toute une vie donnée. Merci. Haïti ne sera jamais loin de vous.

 

Jean-Richard Eveillard : Chaque fois que je termine la lecture d'un texte ou la rédaction d'un article en anglais, je ne peux m'empêcher de me dire : "Merci Thébaud, merci Tico, merci Bijoux" ! Bon retour en France à Fr. Ernest "Tico" et qu'il y bénéficie des meilleurs soins pour retrouver une santé solide !

 

Réginald Ternier : Je me souviendrai du Responsable des équipes sportives de Saint Louis et du Conservateur de Musée (Bibliothèque des Frères) à la Rue du Centre. Merci de ce don inconditionnel de toute une vie.

 

Directeur de la Bibliothèque Haïtienne pendant plus de 20 ans

 

Daniel Gérard Rouzier : Merci à Tico, simplement merci pour tout... Comme nous tous, il a d'énormes qualités et les défauts de ses qualités et Dieu seul sait comment j'ai souvent grogné contre lui. Je veux aujourd'hui personnellement lui dire merci pour sa discipline "teutonne", univoque et tatillonne dans le sport comme à l'école... Si St Louis a pu remporter tant de trophées, dans tous les sports et dans toutes les catégories, l'équipe agissante de Tico, des Frères Joachim, Ephrem et Gérard, de Lamartine Clermont et d'Evans Lescouflair y est pour beaucoup. Grâce à Tico, la bibliothèque tient encore debout et notre pays a toujours une partie substantielle de sa mémoire en sécurité et disponible à tous ceux qui veulent y avoir accès. Merci au Frère Ernest pour sa vocation et pour l'exemple de rectitude, de persévérance et de loyauté qu'il a été en la respectant. Merci à Tico de nous avoir aimé et à travers nous d'avoir tant aimé notre pays... Je lui souhaite un bon voyage et un prompt soulagement sous la protection de Notre Jésus !

 

Friedrich Verna : Présentez lui mes respects et mes sincères remerciements. Travail bien accompli, il est un des Frères qui m'ont vraiment marqué, non seulement quand j'étais élève et athlète, mais également en tant qu'éducateur physique et entraineur de basketball a l'institution.

 

Victor Laroche : Retour en France du Frère Ernest (Tico) après 66 ans de ministère... Merci Frère Ernest pour tout... Bon voyage Frère Ernest. En cette année jubilaire (150 ans de présence des FIC), j'en profite pour inviter les anciens des FIC/SLG à unir nos prières pour les Frères, les professeurs, les bienfaiteurs, tous ceux et toutes celles qui ont contribué, de 1864 à nos jours, au succès de la mission éducative des FIC. Que Dieu les bénisse abondamment. D+S

 

Nixon Hervé Lebrun : J'aimerais tout d'abord dire mes excuses au Cher Frère Ernest pour n'avoir jamais intégré la famille sportive de Saint-Louis, quelque chose qui lui aurait fait plaisir. Je voudrais également le remercier pour ces 66 années qu'il a dédiées au service de la gent Saint-Louisienne. Le pays entier lui est reconnaissant. Que le Dieu d'amour, de bonté et de miséricorde qu'il sert si fidèlement soulage ses maux et garde son cœur et ses pensées en Jésus Christ !

 

Yves André Léon : Les mots ne peuvent exprimer ma gratitude. Que Dieu protège notre Cher Frère Ernest.

 

Léone Duverseau : Que Dieu dans son amour infini protégé notre Cher Frère Ernest. C'est grâce à lui que j'ai pu m'améliorer dans le sport.

 

Guy Sauval : Merci Frère Ernest pour votre dévotion à ma génération de volleyeurs. Toujours présent avec nous : vendredi au collège Saint Pierre, samedi au gymnasium Vincent, dimanche au gymnasium de Carrefour. Vous avez marqué non seulement les Saint-Louisiens mais aussi tous les amis du sport qui vous ont vu à l'œuvre. Adieu Tico. Haïti te remercie.

 

Dernier livre haïtien reçu en cadeau pour emporter dans les bagages

 

Mickelson Thomas : Rigueur, abnégation, discipline, passion parfois exacerbée pour le sport, pour une Institution, pour les jeunes qu'il aimait comme ses fils... Tu nous manques déjà... Bon retour en France... Que tu puisses garder ce sourire encore longtemps, Tico…

 

Greg Avril : Il m'a inspiré le goût de la lecture et surtout de la langue anglaise. Merci Tico pour ton engagement auprès de la jeunesse haïtienne. Bon retour en terre natale !

 

Rudy Romulus : Tico. His devotion to our team was unbelievable. He was at every game no matter what. When did he go back Son? He will be missed.

Mickelson Thomas : Rudy, I heard he will stay in France for the rest of his life...... may be we can plan a trip there to see him. 66 years in Haiti..... He will be truly missed !

 

Claudia Cauvin : Wow. A true dedication. I remember him in College St Pierre and the gymnasium, always carrying a Thermos of water.

Mickelson Thomas : OF JUICE CLELIE…..!

Claudia Cauvin : Juice.....?? Ok, I did not even want to ask. Now I am jealous. Us girls never got juice... lmaol

 

Pavlov Rameau : Probably the most misunderstood of all our religious teachers, but we love him just the same. Tico, you got no business in France. Come back home.

 

Clélie Cauvin : Tico ! Mon arbitre préféré ! Pa nan jwet, se ranje ni ko'w ni jwet ou papa !!! ... Li pat janm gen yon lot jan poul relem ... jus lot jou " Je me souviens bien de vous ... Cauvin..." Et sa phrase type "J'ai très bien connu et admiré votre père ; il a fait de l'excellent travail " ... Mwen konn anvi dil se egzanp ou suman li tap suiv ...

 

Chantal Heurtelou Coutard : je me souviens de lui car je jouais aussi au volley et à une époque où la magie du sport sain était une réelle délectation. Puisse Dieu le recouvrir de son manteau protecteur.

 

Harold J. Jean-Gilles : Je déplore le départ infortuné de mon prof de 2ème verte (75-76) autant que je lui souhaite un bon rétablissement. Tico, en rétrospect, nous te disons merci pour tout et plus particulièrement pour ton enseignement méthodique de la dissertation.

 

Franck Daphnis : Et merci pour (1) ta contribution au développement du volleyball haïtien - notamment en tant qu’arbitre intransigeant au Collège St Pierre - et (2) ta patience envers les écervelés que nous fûmes pendent tes cours d’anglais.

 

Keke Belizaire : Au revoir et un merci infiniment grand à quelqu'un qui a tout donné de lui même pour que nous devenions des hommes de qualité.

 

Mickelson Thomas : Frère Ernest, tous les sportifs te saluent. Tu es un monument dans ton pays d'adoption. Tu nous manques déjà...  Merci pour tout...

 

Georges Issa : J'ai bien regretté de ne l'avoir pas vu lors de mon dernier séjour en Haïti. Un homme de Dieu, il était intransigeant quant au respect des lois et des règlements. Je garde un très bon souvenir du Frère Ernest, responsable de la section Volley-ball au Club Sportif Saint-Louis. Que Dieu le garde toujours dans son amour dans une religieuse joie.