Livre d'or

Date: 21/04/2016

Par: Wivensky séjour

Sujet: Fier d'être à st françois xavier

Je suis en seconde à l'école des frères de ouananminthe.Je suis fier d'être xaviérois.Je ne pourrai jamais oublier le frère bâtisseur(fr Milot Frédéric).Je garde un grand souvenir de fr Olson Dumésil qui a toujours donné tout de lui même pour la réussite de nos projets.Je remercie fr Frantceau gilles qui m'a appris à jouer de la musique.Nous sommes tous debout pour Dieu,pour le bien et le beau.

Répondre

—————

Date: 08/08/2015

Par: Francisque Steevy

Sujet: J'y suis; j'y reste !!!

Pour entamer ce message, j'hésite même entre une grande salutation et un grand merci ! Je suis élève des F.I.C depuis la première année, plus précisément au Collège Saint-Joseph du Cap-Haïtien, je suis en phase de ma dernière année d'études en cycle secondaire. Je vous remercie chers frères pour l'instruction chrétienne que vous m'avez prodiguée, vous m'avez appris qu'une vraie école est celle qui oriente vers la sainteté. Je remercie aussi mes chers professeurs qui, dotés d'une courage extraordinaire, n'ont jamais baissé les bras face à nos gamineries et insolences ! Mais, je remercie encore plus le Seigneur grâce à qui, dans un an, je me vois en préparation à la consécration de ma vie à l'instar de vous mes chers frères formateurs !!! Merci.

Répondre

—————

Date: 05/02/2015

Par: Marc Elie ostainvil

Sujet: Remerciement en retard

Je suis Marc Elie Ostainvil, un ancien élève de l'école frère Hervé de Saint Marc. Mes remerciements vont tout droit aux frères que j'ai connus à cette école comme enseignants de 1972 à 1981. Je remercie particulièrement le frère Etienne que je n’ai jamais revu, qui a été mon enseignant au CEP (1977-1978). Je tiens aussi à remercier d'une façon spéciale le frère Jacques MATTE qui était mon enseignant de français et d'anglais en 7ème année (1978-1979) mais qui brusquement pour des raisons que j'ignore nous a abandonné au beau milieu de l'année. Heureusement j'ai eu la chance de le connaître bien avant comme Jeune Témoin du Christ (JTC). Dans ce groupe, nous avons été initié à l'étude de la parole de Dieu et aux prières quotidiennes qu’il nous encourageait à écrire en français dans un carnet réservé à cet effet, pour remercier Dieu pour tous ses bienfaits envers nous. Je dois également remercier frère Jean Paul Compagna de regrettée mémoire ainsi que frère Marcellin, un enseignant de haut calibre aussi de regrettée mémoire, qui m'a appris à aimer, dès mon jeune âge les mathématiques, la physique et l'espagnol. Vous ne me croirez peut-être pas! Et je le dis tout haut, en laissant l’école frère Hervé de Saint Marc, pour me rendre à Port-au-Prince, continuer mes études au Centre d'études Secondaires (CES) de Pradel Pompilus, une des écoles huppées de la capitale, j’avais possédé déjà tous les bagages nécessaires pour être à la tête de toutes les classes en mathématiques, en physique et en espagnol. Pierre Riché, un des plus grands enseignants de mathématiques à l’époque et directeur de cette école me considérait déjà pour le répéter, comme le maitre, de toutes les classes de 1982 à 1985 où il enseignait. Chose surprenante! J’utilisais les connaissances en géométrie acquises en 4ème secondaire chez les frères, même à la Faculté des Sciences de l’UEH (1985-1991). Je peux dire malheureusement que je suis un rescapé en français puisque frère Jacques MATTE, qui a commencé avec nous en 6ème secondaire, nous a laissé. J’ai pu me récupérer dans ce domaine que grâce à mes efforts personnels en lecture et aux encouragements du frère durant son bref enseignement en 6ème secondaire. Je me rappelle encore ses efforts incommensurables déployés pour nous aider à traduire en français des phrases créoles du journal «bon n nouvel ». Je peux dire qu’en nous laissant, cela m’a pris du temps pour me réveiller, mais le virus du français qu’il m’a transmis et ses rétroactions positives qu’il nous fournissait après les devoirs d’écriture ont fait quand même leurs effets par la suite.
Après mes études universitaires, j’ai eu l’opportunité de me rendre en France (Paris) pour me spécialiser en microplanification de l’éducation et éducation de base pour tous. J’ai été aussi en République Dominicaine faire une maitrise en économie du développement. Après ces formations, j’ai pu servir mon pays au ministère de l’éducation nationale et comme professeur d’économie et d’économétrie dans plusieurs universités à Port-au-Prince notamment l’Université Quisqueya et l’Institut universitaire Quisqueya Amérique. J’aurais pu faire mieux et plus mais pour des raisons familiales, j’avais choisi, malgré moi, de quitter le pays pour le Canada où j’ai travaillé pendant plusieurs années comme enseignant de mathématiques et de physique. Mon projet présentement est de poursuivre mes études doctorales en gestion de projets avec spécialisation en gestion des risques financiers- risques pays.
Il est vrai que les frères de FIC, eux autres qui ont fait le sacrifice de quitter leur pays pour venir s’installer en Haïti pour nous former, éprouvent du dégout en voyant leurs anciens élèves partir pour aller servir d’autres pays, mais il faut dire à contre cœur, que c’est la vie.
Disons pour conclure que l’institution FIC, à travers son réseau d’écoles, a beaucoup aidé le système éducatif à améliorer le niveau de la qualité de l’éducation dispensée dans les écoles. Les enseignants frères envoyés dans les provinces, je suis fier de le dire, n’avaient rien à envier à ceux de la capitale. Tous, à leur manière, ont pu faire ce qu’ils pouvaient pour élever l’homme haïtien au niveau le plus haut de son être selon le vœu de Kant. Toutefois il reste beaucoup à faire au niveau de l’enseignement du français surtout dans les villes de province. Puisque la majorité des élèves de cette catégorie sont créolophones, le français devrait leur être enseigné dès leur plus jeune âge non en tant que langue maternelle mais comme langue seconde. Il faut aussi penser à différencier l’enseignement dans les salles de classe. Jumeler le magistral avec un peu de manipulation s’impose. Il faut aussi faire en sorte que les leçons ne soient pas constituées d’une suite de concepts à mémoriser, mais qu’elles soient toujours en lien direct avec le vécu de chaque élève haïtien. Qu’elles soient, en clair, des leçons authentiques! Je pourrais en dire plus mais pour des raisons d’espace, je m’arrête là. Encore une fois, je dirais que j’aurais été un vrai lâche si je n’avais pas profité de cette occasion pour adresser mes sincères gratitudes à tous les frères de FIC qui ont accepté de faire ce grand sacrifice pour nous pourvoir de ce pain de l’instruction tant apprécié de tous les haïtiens depuis plus de 150 ans. Longue vie FIC en Haïti!

Courriel : meostain@hotmail.com

Répondre

—————

Date: 27/11/2014

Par: Marlène

Sujet: Merci !

Vous constituez plusieurs chapitres de ce livre qu'est ma vie. Allez! Foncez! Visez toujours l'excellence.

Répondre

—————

Date: 10/07/2014

Par: Bily Desormes

Sujet: Merci chers Freres

Je suis admis en 4ème année chez les Frères de Ouanaminthe. Je suis fier de mon école. Merci aux FIC spécialement au Frère Milo, mon directeur.

Répondre

—————

Date: 11/03/2014

Par: Berteau Joisil

Sujet: Merci

Grand merci pour FIC. La reconnaissance n'est pas une lachete.

Répondre

—————

Date: 17/01/2014

Par: Blaise

Sujet: Bon kouraj et bòn fèt

Yon gwo kout chapo pou chak Frè nan kongregasyon an. Mési anpil pou sila yo ki kite peyi ak fanmi yo pou vini ede nou pa bò isit. Travay la poko fini, men kichòy nou fè a konte anpil... Mwen swete bon kouraj et bòn fèt a tout fanmi menezyen an.

Répondre

—————

Date: 04/12/2013

Par: Jean Pierre Gilnet

Sujet: Mes sentiments de gratitudes et de reconnaissance

Je suis un ancien qui cheminait avec les FIC. Les trois ans de formation m'ont beaucoup marqué positivement. J'ai beaucoup grandi avec eux. De loin ou de près, je les porte toujours dans mes prières afin qu'ils se donnent davantage généreusement au service de l'éducation chrétienne des Haïtiens. Bonne année Jubilaire!

Répondre

—————

Date: 25/11/2013

Par: Amost Joseph

Sujet: Merci pour tout ce qu'ils ont fait.

Je veux remercier tous les Frères qui ont laissé leur pays pour venir en aide à notre nation. Ils ont fait un très bon travail et je peux vous dire que tous ceux qui avaient l'opportunité d'être éduqués par eux, n'ont rien à envier à aucun autre étudiant , que ce soit en Haïti ou à l'étranger. Merci pour tous les sacrifices qu'ils ont consentis.

Répondre

—————

Date: 22/11/2013

Par: JADe

Sujet: Il n'y a pas mieux que VOUS F.I.C.

Ancienne de chez les F.I.C., F.O.J. des Cayes pour être précise, je suis fière de faire partie des privilégiés qui ont reçu une instruction de vous. Mes mots ne pourront jamais assez exprimer ma gratitude. VOUS êtes les MEILLEURS.

Répondre

—————